Joyeux anniversaire !

Cela fait 4 ans jour pour jour, nous recevions dans nos bras un petit bonhomme endormi qui s’est levé le matin dans les bras de sa mère de substitution et se réveille cet après midi là dans les bras de sa maman pour la vie.

Ce passage de témoin sans transition s’est plutôt pas mal passé et j’avoue, ce bonhomme a une bonne étoile qui veille sur lui.

Cela a été pour nous une longue attente (7 ans), et nous avons eu des peurs jusqu’au dernier moment.
Rappelons que lorsque nous avons appris notre attribution, l’adoption en Colombie était plongée dans une grève administrative qui bloquait toutes les démarches sur place.
l’AFA (Agence Française de l’Adoption) nous déconseillait de partir pour ne pas être bloqués là-bas, mais nous nous sommes accrochés au discours rassurant de notre traductrice nous disant que la grève durait depuis 15 jours et que cela ne devrait plus durer par manque de finances des juges. Nous nous sommes accrochés à ça, et pris la décision de partir sur le champ.
De toute façon, grève ou pas, je serai parti avec Valérie, au risque de rester bloqués en Colombie et d’avoir des problèmes au travail. Il était impensable pour moi de laisser notre pitchou avoir son premier anniversaire sans nous.

Pour rappel, des amis qui nous ont accueillis à Bogota, sont revenus facilement 4 semaines après nous alors qu’ils y étaient depuis 2 semaines quand nous sommes partis.

Sa bonne étoile a continué de jouer en notre faveur lorsque nous avons eu l’attribution du juge devant statuer sur notre dossier à Pereira.
Pour les non initiés, les juges sont identifiés dans les dossiers par des numéros.
Suivant le numéro du juge que vous avez, vous êtes dans un jour de chance, ou un jour de galère. Certains juges en effet, mettent un malin plaisir à retarder au maximum les démarches et utilisent à fond les 15 jours qu’ils ont pour statuer sur un dossier. Et nous, nous sommes tombés sur ce genre de juge 🙁

Mais, Saint Mathéo, ou Saint Jean, ou Saint Joseph, ou les trois, a(ont) eu pitié de nous.
Durant cette grève, le seul juge qui continuait à travailler (dans un bar à coté du tribunal avec tout son staff de secrétaire et d’huissiers) c’était le nôtre !!!
Le numéro gagnant quoi 😉
La signature des documents s’est donc déroulée sans encombres et vu que pas mal de dossiers étaient bloqués à l’intérieur du tribunal, cela s’est même fait très vite.

Quand je vous dit qu’il a une bonne étoile !! 🙂

Notre voyage en Colombie aura duré 5 semaines car nous avons choisi de passer une semaine de plus de détente et de minis-visites pour nous imprégner de ce pays magnifique et de profiter de la joie de vivre et la générosité des colombiens, bien loin des images de terroristes FARCS et de trafiquants qu’on leur prête en France.
Nous n’avons jamais eu de sentiment de danger réel de tout le voyage, ce qui n’est pas forcément le cas en France dans certains quartiers de nos villes si civilisées.

Loin de mon bonhomme depuis quelques jours, je repense à l’attente de son arrivée et au bonheur que Valérie et moi avons depuis 4 ans avec ce petit bonhomme si beau, si intelligent et avec le même caractère (de merde) que son papa.

Certains de nos amis de EFA viennent d’avoir des attributions ou leur enfant nouvellement arrivés et ils vont aussi voir que ce que l’on nous disait et que nous ne croyons pas auparavant est vrai. Une fois l’enfant arrivé, on oublie l’attente interminable et les rendez-vous avec l’ASE où tu es ausculté socialement et psychologiquement pour voir si tu es apte à devenir parent.
Un sentiment de sélection et d’angoisse du faux pas très dur à vivre, croyez-moi.
Les tests de QI, les visites médicales et les documents devant indiquer que nous ne présentons aucune circonstance pouvant nuire à un enfant, on les a en travers  de la gorge sur le moment, je peux vous le dire.
Mais grâce au ciel (ou à ce qui s’y rapproche le plus), on est passé sans encombres.
On voit maintenant que le travail psychologique de l’ASE et les questions qui nous déstabilisent sur le moment sont importantes. Il vaut mieux se poser les questions sur nos réactions à tel problème ou telle question tant que l’enfant n’est pas au milieu. Mais ce n’est que maintenant que nous le savons.
La psychologue a dû avoir les oreilles qui sifflent sur le moment 😉

Depuis 4 ans donc, notre vie va pour le mieux et notre bonhomme grandi bien.
Il a plein d’amoureuses à l’école et se fritte avec les copains qui ne sont plus copains pendant 10 min, puis qui le sont, et qui ne le sont plus…. bref, ça roule…

Il est menu, mais étant donné que je compense, je ne m’en pleins pas. Il est magnifique et très câlin. Il dit toujours « Je te manques PAPA » quand je part le matin au travail. Une traduction du « I MISS YOU » anglophone peut être :-))
C’est une catastrophe si j’oublie de lui faire coucou à la fenêtre le matin en partant avec plein d’idées déjà en tête, donc je fais attention et essaie de ne pas oublier le bisou envoyé de la main et la grimace matinale à travers la vitre de la cuisine.

Ce petit bonhomme deviendra grand et dans un sens il me tarde pour faire plein de choses avec lui, mais pour le moment, je profite de ces moments d’enfance si nécessaires.

Je t’aime mon fils, Je te manques Mathéo.

matheo201607

 

Blog Privé

Bonjour

Modification de ce billet vu que le blog privé dont je parle n’a pas d’articles depuis que je l’ai mis en place il y a 1 an.
La vie quotidienne avec Mathéo et le travail ne nous laisse pas de temps pour l’entretenir, donc il n’existera plus.

Merci à ceux qui voulaient continuer d’avoir des infos via ce site, mais désolé, cela ne sera pas possible.
Merci à tous ceux qui ont suivi ce blog il y a maintenant un peu plus d’1 an.

Mathéo a bien grandi et va à la crèche.
DSCF1663

Il aime bien essayer de dire quelques mots et on sent qu’il a une capacité à apprendre certaine. Il n’est pas bête le minot 😉
On est tous les jours ravis de la voir progresser et il est toujours adorable malgré un caractère affirmé. On ne s’en plaint pas, vu que c’est plutôt pas mal.

« On se tâte » pour un second, mais pas de décision prise à ce jour. On veut pouvoir élever Mathéo correctement et il va falloir faire des choix.

Bon Noël à tous. Courage à ceux qui attendent la bonne nouvelle.
Nous cela fait un peu plus d’un an et on est encore sur le nuage 🙂
Tenez bon, cela vaut le coup !!

Ceci était le dernier post sur ce blog qui va rester en ligne pour permettre à ceux qui attendent de voir comment s’est vécu une histoire d’adoption en Colombie en 2012.

Au revoir
Laurent

 

 

Petit point de fin Janvier

La poursuite des premières fois a continué pour notre gentil petit Mathéo.

Valérie l’a amené à la piscine de l’archipel et au parc de Gourjade plusieurs fois déjà. Cela plait bien à Mathéo..

Matheo à GourjadeA Gourjade, il y a plein de copains et des animaux sympas à regarder, voire à toucher. En plus, on peut donner à manger aux canards, donc c’est la fête !

C’est aussi la première fois que Mathéo voit la neige ! Il faut dire qu’à Pereira, ce n’est pas courant…
En plus, ici, Mathéo a pu marcher dedans pendant que Farah mettait ses pattes dans l’eau froide ( cela non plus, Mathéo ne le verra pas très souvent ! ).

Mathéo à la NeigeMathéo a également découvert ANATOLE PARC. Un parc de jeux gonflables et de piscines à balle. Il a été très calme comme à son habitude, mais je pense qu’il a apprécié.
Anatole Parc

Tout cela est très bien pour Mathéo, mais il y a un petit bonhomme qui l’intéresse plus que tout !! Voyez plutôt la concentration dans l’action !
Matheo Intéressé

Ce petit bonhomme c’est un ours en fait…
Matheo OSOIl se nomme OSO Agent Spécial ( enfin OSO Agente Especial pour Mathéo ). Mathéo a découvert ce personnage de dessin animé en Colombie et j’ai dû télécharger des épisodes depuis Youtube sur ma tablette pour le satisfaire de temps en temps avec un petit épisode sympa.
Le Hic, c’est qu’il y a peu d’épisodes sur le net, donc il revoit pas mal de fois les mêmes et il en a même en français, italien et anglais. Mais bon, Mathéo se dandine tout autant sur le rythme de la musique et cela le motive pour les langues étrangères 😉

Pour répondre à Marie Hélène qui se demandait si Mathéo dormait toujours dans sa chambre, la réponse est OUI !
En plus il adore sa chambre 🙂
Matheo Dans Sa Chambre

Je dors dans ma chambre !

Comme le titre l’indique, ce jour est un jour important pour nous parents… Mathéo a dormi pour la première fois seul dans sa chambre.
Il a fait ses 2 siestes de la journée dans son lit, mais ce dernier a migré et enfin quitté notre chambre…

On va voir ce soir ce que cela donne pour la nuit, mais il ne semble avoir eu aucune appréhension pour ses repos de la journée, alors on est assez confiants.

Il faut dire qu’elle est belle sa chambre (pas la photo, désolé, il manquait de lumière pour le mode panoramique )…
Chambre06012013

On aperçoit la maman Valérie dans son activité favorite : discuter avec ses amies ( oui souvent des instits en fait … ) au téléphone.

J’attend de voir comment elle va vivre sa séparation de Mathéo, car je ne suis pas sûr que cela soit plus dur pour lui 😉

Perso, je suis assez content, car je vais enfin pouvoir reprendre mes lectures le soir avant de m’endormir, cool !!
Enfin, cela risque d’être dur pour moi aussi, mais bon, ne le lui dites pas 😉

Edit du 07/01
La nuit s’est bien passée. L’endormissement a été un peu rock and roll, il a fallu rester à coté de lui jusqu’à ce qu’il s’endorme, mais bon, à 21h15 c’était réglé.
Réveil 5h20 pour le tétéro, et recouché jusqu’à 7h. A peu près comme d’hab quoi…

Jour de l’an historique !!

Voici passé le 1er jour de l’an avec notre fils !!

Nous sommes allés dîner et passer la soirée chez des amis proches et des amis de nos amis qui sont donc nos amis… 🙂

Nous avions prévus de dormir sur place afin de pouvoir profiter de la fête sans risque de trop boire ou de retour fatigué sur les routes sinueuses du Tarn. D’ailleurs d’autres auraient dû le faire, car lors du retour le mardi, nous avons vu une voiture bien amochée dans le fossé alors qu’elle n’y était pas la veille.

La soirée s’est déroulée sans problèmes et a été fort sympathique. J’ai même découvert de nouvelles recettes succulentes et de nouveaux fromages dont il faudra que je trouve le producteur. Le « coup de corne » est un régal.

Pour Mathéo, l’endormissement dans le lit pliant dans le salon qu’il ne connaissait pas a été un peu long, surtout pour Valérie qui a dû chanter plusieurs fois la comptine favorite de Mathéo avant qu’il daigne dormir.
Le HIC a été qu’à 2h30 du matin, il a fallu monter le lit dans la chambre où nous allions dormir et Mathéo n’a pas du tout aimé cela.

Devoir se réveiller est une chose, mais devoir à nouveau changer de lieu et se remettre dans le lit a provoqué un refus assez clair au niveau sonore.

Afin de ne pas braquer Mathéo et permettre à nos hôtes de dormir, nous avons choisi de prendre Mathéo dans notre lit.
Le réveil à 8h03 a été un peu dur pour moi… J’ai laissé Val dormir jusqu’à 11h et j’ai gardé Mathéo toute la matinée avec l’aide de Yves et de Maxime (6ans) qui ont joué avec Mathéo.

Mathéo aime beaucoup l’humour d’Yves et aime bien jouer avec Maxime qui de son coté a eu du mal à accepter que Mathéo casse ses réalisations en DUPLO… Mais il a accepté beaucoup mieux que la dernière fois qu’on s’est rencontré.
Le fait de ne plus être le centre d’attention lors de nos rencontres est un peu dur pour Maxime, mais on sent bien le progrès.

Merci à Yves, Isabelle, et Maxime de nous avoir reçu pour ce premier passage de nouvel an en compagnie de notre fils.

Retour à la maison

La maison dans 2 sens en fait, la France et la maison de Castres…

La France, car cela fait du bien de ne plus se préoccuper de boire de l’eau au robinet… Les taxis sont plus civilisés et on retrouve notre code de la route rassurant 🙂
Pour les colombiens qui peuvent lire ce blog, n’y voyez aucune attaque, ce n’est qu’un point de vue différent de la conduite automobile 😉

La première étape Française a été Paris.
En effet, comme l’a dit Valérie dans un post précédent, nous avons fait une escale Parisienne pour retrouver la famille du coté de Valérie.

Le dédale de l’aéroport Charles de Gaulle a retardé notre arrivée près de nos proches, mais ils étaient bien là avec la banderole « Bienvenue Mathéo » portée par les enfants de la famille Doré.
C’était vraiment sympa de voir la porte coulisser et la banderole apparaître en même temps que nos proches.
L’accueil a été fantastique et Mathéo est resté assez calme malgré la foule et tous ces gens bien intentionnés qui se penchaient sur lui.

Le départ vers les salons d’un hôtel proche pour passer la journée au calme a été un bienfait et l’occasion pour Mathéo de s’installer pour la première fois dans un siège auto.
Aucun drame, il accepte sans sourciller la chose, comme je m’y attendais. Je craignais que pour Willian, Laure et Laurent n’aient pas la même chance vu qu’il adorait être installé entre les sièges conducteurs, on verra lors de la prochaine rencontre EFA ce qu’il en a été, vu qu’ils sont enfin rentrés.

L’après midi à l’hôtel s’est bien passée et Mathéo qui commençait à marcher si on le tenait avec 2 doigts a pu tester sa stabilité avec toutes les personnes présentes sauf Thomas qui est trop petit 🙂
Bilan, la palme du « j’aime Mathéo » est remise à Corentine qui l’emporte haut la main, car elle adore son petit cousin 🙂
Les autres sont dans un mouchoir de poche bien évidemment.
Merci spécial à Isabelle, Maëlla et Edelyne d’être venues spécialement à Charles de Gaulle, car ce n’est pas tout prêt pour eux. Valérie et moi même avons beaucoup apprécié.

La journée est bien entamée quand il faut se quitter à regrets et prendre l’avion vers Toulouse Blagnac.
Petit soucis avec la poussette qu’il nous faut mettre en soute malgré que Mathéo fasse la sieste, mais bon, si ils acceptent de prendre la poussette entre Bogota et Paris, cela ne semble pas simple entre Paris et Toulouse…

A l’arrivée, on va pour récupérer nos bagages et notre poussette et petit hic !!! On n’a pas de monnaie en euros pour prendre les magnifiques chariots qui sont bien attachés entre eux… Comment ils font les touristes ? Ils ne sont pas sortis de la zone internationale et n’ont pas changé la monnaie je pense ??
Donc on finit par mettre Mathéo sur la valise toute neuve qui roule à merveille et il adore ça… Vous l’avez vu sur la photo de l’article de Valérie je pense.

A l’arrivée, nous attendaient :
Reine et Gérald, Sylvie et Françis, Corinne, Sébastien et Arthur, Nancy, Eric et Valentin.
C’est génial d’être de ce coté des barrières en fait et de voir les amis NOUS attendre impatiemment. Merci à eux de leur présence, et encore il en manquait qui n’ont pas pu venir, mais dont on sentait la présence en pensée.

Notre arrivée a suscité des articles sur les divers blogs des amis, et comme je veux conserver ce Blog comme souvenir pour Mathéo, j’ai récupéré l’article de Corinne pour être sûr qu’il sera consultable quand Mathéo le souhaitera.
Voici son article, merci Corinne.

Par ailleurs, Laure avait écrit un article sur notre départ du Refugio à Bogota. Donc sur le même principe, voici l’article de Laure.

Les urls de leurs blogs sont dans les liens de ce site, donc vous pourrez les consulter en ligne tant que leurs auteurs le voudront bien 🙂

Enfin le moment tant attendu, après le retour dans la nouvelle voiture de Gérald et Reine, l’arrivée à la maison.

C’est émouvant d’entrer chez soi avec le petit bout de chou qui découvre son nouveau lieu de vie.
Voici la fin du périple de l’adoption qui arrive et il ne reste que quelques formalités pour la fin de la procédure. Il reste à envoyer le dossier pour retranscrire l’adoption en France et que Mathéo obtienne ainsi la nationalité française, et à envoyer les rapports de suivis demandés par la Colombie.
On va prendre soin de les envoyer en temps et en heure, car cela semble tendu sur le sujet entre l’AFA et l’ICBF.

Une nouvelle vie commence pour nous sereinement. Notre fils est toujours aussi calme en notre présence et ce nouveau changement de lieu ne le dérange pas plus que cela. Il ne perçoit pas qu’il va arrêter de changer de lieux à partir de maintenant. HOME SWEET HOME !

Il ne manquait que la rencontre avec Farah qui a eu lieu le lendemain du retour. Il l’a adorée de suite et elle l’a accepté aussi sans problèmes. Je pense que les semaines passées avec lui, lui ont permis d’avoir notre odeur et que cela a rassuré Farah, car elle n’a pas tiqué ni passé des heures à sentir Mathéo, ce qui aurait pu lui faire peur.

Depuis ces jours du retour, la vie coule sereinement et Mathéo prend ses marques petit à petit dans la famille.

Ce week-end de Noël est pour lui chargé en émotions, car la famille est descendue de Paris pour les fêtes et cela fait du monde à la maison.
Cela se passe cependant bien, car il a de nouveau ses groupies autour de lui et il se retrouve dans la situation de star, comme ce fut le cas à l’hôtel, La Casona, de Pereira.

Nous avons dit à l’ASE lors de leur visite que nous relancerons peut-être une demande d’agrément prochainement. Mais d’ici là, nous allons déguster notre nouvelle parentalité dans le sud de la France.

FISTON

C’est avec ce diminutif que j’aime appeller Mathéo dans les moments importants de sa journée comme lors de son départ vers le lit pour sa sieste ou la nuit… C’est un terme auquel je ne crois jamais avoir pensé avant d’être avec Mathéo et c’est le premier qui est venu quand j’ai dû lui dire bonne nuit.
Depuis le 24 Octobre 2012 j’affectionne particulièrement l’appeller ainsi… depuis qu’il est devenu mon fils.

Chaque jour que Dieu fait, je me dis qu’on est bénis, même si la connotation religieuse n’est pas vraiment mon style de pensée quotidien.
A chaque fois que je contemple ce magnifique bébé qui me regarde au fond des yeux avec son sourire craquant, je me dit que le bonheur existe, même s’il a mis un temps incommensurable avant d’arriver.

P1010345

A chaque fois que je vois Mathéo je me dis « On n’aurait pas fait mieux naturellement, comme quoi l’adoption fait de bonnes choses… ».

Ce petit bonhomme qui est entré par la grande porte dans notre vie a su prendre sa place a une vitesse fulgurante.
Les petits problèmes que nous connaissions disparaissent et les petits problème quotidiens de Mathéo deviennent les notre et on aime ça…

Cette nuit, il a eu du mal à dormir en raison d’une bronchite et d’une canine qui a décidé de pousser. J’ai adoré l’avoir dans mes bras durant la nuit pour l’aider à s’endormir malgré ses douleurs. J’aurais voulu que ce moment dure plus longtemps, mais sachant que je partais à Colomiers ce matin, j’ai dû me résigner à le poser entre Val et moi afin de tenter de dormir un peu, mais ce fut à regret. Le regarder dormir paisiblement est le plus beau spectacle du monde.

Son intégration dans la famille se passe bien, et Mathéo est fan de Farah, notre labrador. Farah le lui rend bien, surtout quand il a un gâteau à la main qu’il daigne laisser tomber depuis la chaise haute.

Comme dirait l’autre, jusqu’ici, avec Mathéo, tout va bien. Je ne doute pas qu’il y aura des moments difficiles, mais pour l’instant, je savoure notre nouvelle vie à 3, voire à 4, car Farah fait aussi partie de notre famille pour moi.

Pour ceux qui lisent ce blog et qui sont dans l’attente, vous avez dû entendre ce genre de compte rendu des dizaines de fois, que ce soit à EFA, à l’APAEC et on vous disait : « quand il est là on oublie tout ce qui s’est passé avant ». Et bien, je n’y croyais pas, mais cela vient petit à petit, et cette attente qui a été si longue n’est plus qu’un détail maintenant pour moi. Je vous souhaite d’avoir cette expérience très vite, et que votre « parcours du coeur battant », comme le dit Bernard, se termine au plus vite.

C’est tellement bien de vivre près de son fiston… Surtout le mien 😉

Dernière soirée et retour en France

Hola pour la dernière fois de Colombie,

Notre dernière soirée était formidable. Nous avions la chance d’être le jour de Thansgiving. Les américains, coincés pour certains depuis trois mois (!) avaient eu la gentillesse d’organiser une petite fiesta. Nous avons dîné comme aux Etats-Unis. Carmen, l’adorable patronne de la pension avait invité un groupe de musique colombienne composée de trois musiciens-chanteurs. Wilian était en extase devant eux. Moi, j’ai dansé avec Paola et avec mon petit homme. Je rêvais de danser en Colombie et j’ai pu le faire une fois de plus et en excellente compagnie…

J’ai ressenti beaucoup d’émotion car les musiciens ont joué « El condor Pasa ». C’est une musique que nous écoutions dans la voiture lorsque j’étais enfant et je l’adorais. Je pense qu’elle a participé au choix de la Colombie, en tant que pays d’Amérique Latine. Merci de tout coeur Abuela Chantal et Abuelo Xavier d’avoir participé à notre chemin vers Mathéo!

Nous avons conclu la soirée par une belle photo de nos enfants avec le personnel charmant de la pension. Merci à elles toutes de nous avoir préparé des bonnes soupes et bien décorées notre lit et celui de Mathéo chaque matin.

Le lendemain, nous avons donc dit au revoir à tous et plus particulièrement à Laure, Paola et Wilian. Je sais que votre coeur était serré et nous pensons à vous tous les jours: courage, accrochez-vous, tout le monde vous attend avec impatience!!!

Mathéo a dormi le début du voyage dans la nacelle.

Puis, il s’est réveillé et Laurent l’a pris dans ses bras pour qu’il se rendorme et termine sa nuit. Le voyage s’est donc très bien passé grâce à Christophe et Michelle de l’agence Air France conseillée par l’APAEC et grâce à notre très chère nouvelle tata de Mathéo, qui travaille comme Hôtesse à Air France. Grâce à son courrier, nous avons été surclassés et avons disposé de trois sièges, larges, permettant de se reposer et de stocker les affaires de Mathéo à côté de nous: Muchas Gracias!!!

Nous avons fait une longue escale à Roissy où Mathéo a fait la connaissance de la famille de maman puis d’Isabelle, Edeline et Maëlla. Nous avons été accueillés par une grande banderole faite par abuela et ses petits enfants. Mathéo a été gâté et chacun a fait la queue (véridique!) pour le prendre sur ses genoux ou le faire marcher (au vrai sens du terme).

Après un deuxième vol où nous avons retrouvé le vent d’autan et ses turbulences, nous avons été accueillis à Blagnac par une partie de la famille de papa (Sylvie et Francis), une partie de la tribu EFA (Co&Seb&Arthur, Eric&Nancy&Valentin) et nos chauffeurs-gardiens de la maison (Gérald et Reine). Merci à eux d’être venus car nous n’étions pas si fatigués, et c’était drôlement sympa d’être enfin de l’autre côté!!!

 

 

Nous voilà donc sur le sol français et de retour à la maison. La première nuit s’est très bien passée…boh en fait, c’est tranquille le décalage horaire!!! Oui, sauf que bien sûr quand on a beaucoup marché, peu fait la sieste, le soir on s’écroule à 23h, même s’il n’est que 17h en Colombie. Mais, le lendemain, c’était plus drôle. Endormi par maman qui chante et caresse, et par papa qui fait chuuuuut, Mathéo a très bien dormi de 21h à ……. 23h. Quand maman allait enfiler son pyjama, il a ouvert des yeux ronds comme des billes!!! « ben oui quoi, pour moi il est l’heure de se lever de la sieste, où est mon goûter ». Nous avons donc vaillament lutté contre le sommeil jusqu’à 1h du matin. Depuis, nous décalons son rythme petit à petit.

Pour la nourriture, cela se passe bien; c’est certainement plus facile qu’avec un enfant adopté grand. La soupe de légumes de tata Sylvie puis de papa est bien acceptée. On trouve bien sûr des bananes en France et même des papayes qui, additionnées de la pulpe de mangue que j’avais achetée en Colombie, font le bonheur de notre petit franco-colombien. Il découvre et apprécie le bon pain français (merci cousin Cyril!), mais pas encore le fromage.

Il a pu apprécier la purée (qui n’existe pas en Colombie) et surtout le gâteau de papi Henri (fait à 5h du matin), tellement joli!

Eh oui, le lendemain de notre arrivée, nous déjeunions avec la famille de papa. Nous pensions au départ aller chez tata Sylvie puis nous avons réalisé que cela ferait trop de changements pour Mathéo. Nous n’avions qu’à mettre la table (mais il fallait y penser, après 5 semaines nourris logés blanchis!!!) Mamie Andrée en a monté des marches qu’elle ne montait plus: elle était tellement pressée de le voir en vrai et de l’embrasser. Encore un accueil qui nous a fait tant de bien après des années de souffrance. Un beau premier déjeuner en famille qui sera suivi de beaucoup d’autres.

Bon, je vais arrêter là pour ce soir et je vous donnerai quelques dernières nouvelles et des remerciements avant d’arrêter ce blog. Nous l’avons alimenté pendant l’attente (pour tenir le coup) et pendant le séjour (pour informer nos proches et préparer ceux qui nous suivront en Colombie).

Comme d’habitude, une petite photo de Mathéo dans son lit « où il y a du monde » comme dit papa!!!

Un peu de tourisme à Zipaquira

Vous prenez une jolie petite ville à 40 minutes de Bogota, dans la moyenne montagne,

vous y mettez une ancienne mine de sel déjà exploitée par les indiens avant l’arrivée des espagnols, pour en faire du troc, vous y mettez un ingénieur judicieux qui a su associer mise en valeur des galeries de la mine et grande ferveur des colombiens (très catholiques) et vous obtenez la CATHEDRALE DE SEL!

L’ingénieur a donc imaginé (dans les années 50), un chemin de croix dans la mine de sel. Chaque numéro du chemin est représenté par un chiffre romain, l’inscription correspondant à l’étape pour le christ est notée en-dessous et une croix d’environ 2 mètres de haut est creusée dans le sel. Des prie-dieux ont été moulés en sel et permettent aux chrétiens de se recueillir à chaque étape du chemin de croix.

Pour la première étape (le terme n’est pas juste mais je ne retrouve pas le mot), il y a l’inscription INRI, mesurant elle aussi 2  mètres de haut.

Sur le côté gauche, les étapes sont peu profondes et parfois un peu répétitives sauf celle où une vague est réalisée au fond, insérant la croix

(et la main de Laurent ;-))

Les étapes de droites sont réalisées dans la profondeur de la mine et intègrent les galeries d’exploitation ou d’aération. C’est très impressionnant!!!

Parfois la croix est en creux.

Les dernières étapes sont très impressionnantes car de véritables églises sont creusées et des messes y sont célébrées le dimanche. Laurent et Mathéo la regardent de la galerie supérieure (comme les rois dans les chapelles de leur château).

Dans la plus grande, nous avons vu une quarantaines de bancs de chaque côté de l’allée. Vous retrouvez au fond la galerie où étaient Laurent et Mathéo…

Une fois sortis de ce très bel endroit, majestueux et impressionnant de ferveur, nous visitons Zipaquira, sa place principale et son église que j’ai beaucoup aimée.

Difficile de sortir de là sans se demander comment intégrer les origines catholiques de Mathéo avec mon absence de foi. Cela a donné lieu à une discussion très riche avec Anne-Catherine, qui nous avait accompagnés, heureuse de passer une journée avec son fils Paul, loin de la capitale bruyante et polluée et loin des grèves!!! Courage à eux deux pour cette attente et à bientôt…

Mathéo et papa ont aussi beaucoup apprécié la journée!!!